Le 28 mai 1940, blessé et sentant la fin arriver, Daniel JOËSSEL dicte trois lettres à l’abbé MASSART qui l’assiste. Il est encore parfaitement lucide et livre le fond de son cœur. Un testament spontané où sont évoqués le sacerdoce, les jeunes, sa famille.

        Lettre dictée le 28 mai 1940 par l’abbé Daniel JOËSSEL à l’abbé MASSART pour le Chanoine MULLER, curé de Sainte Geneviève.

      Je vous remercie de m’avoir aidé dès le début de mon sacerdoce à l’orienter directement vers le Christ. Merci de tout ce que vous avez été pour moi comme Père et comme Prêtre.
        Je meurs dans la joie filiale d’être resté enfant devant Dieu.
       Et ne m’oubliez pas auprès d’aucun de ces messieurs de la paroisse. Remerciez-les d’avoir été aussi pour moi des exemples.
        Pardon de mes infidélités et de toutes mes insuffisances.
                 Votre fils
                           (s) D. JOËSSEL

       Lettre dictée le 28 mai 1940 par l’abbé Daniel JOËSSEL à l’abbé MASSART pour l’abbé FOUQUES-DUPARC, vicaire à Asnières.

        Je le remercie de tout cœur de tout ce qu’il a fait pour moi.
       Je lui demande de bien vouloir faire comprendre aux enfants que ma vie était pour eux, et s’arranger à ce que, à la distribution des souvenirs, aucun ne soit oublié.
       Dans la visite de ma chambre qu’il fasse simplement disparaître contenu et contenant du second tiroir de mon bureau.
      Dans la disposition de ma fortune, qu’il rappelle à ma famille que cent quarante messes doivent être données aux Missions, et trois cents pour celles que j’aurais mal dites (pour les péchés véniels que j’aurais pu faire en disant ces messes-là).
        Je bénis toutes les œuvres
        Et je l’embrasse.
                 (s) D. JOËSSEL

        Lettre dictée le 28 mai 1940 par l’abbé Daniel JOËSSEL à l’abbé MASSART pour sa sœur Andrée TOUVET.

         Ma chère petite Dédée,

        C’est à toi que je m’adresse comme à l’aînée de la famille, pour te dire que je vous ai tous beaucoup aimés, que je resterai au ciel le lien de toute la famille par mon sacerdoce.
         Je vais retrouver Papa et Maman, et ce ne sera pas la moindre de mes joies.
         Embrasse Yvie, Pierre, Yves, Agnès et Bernard.
Je bénis tous vos enfants. Qu’il y ait des prêtres parmi eux.
                                                                                Ton Dani.